Chroniques du centre

Agnès Callou et Julien Beal

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Nous contacter

    Pour nous contacter ou s'inscrire à la newsletter, cliquez sur ce lien, ou par téléphone 06-61-17-07-43

    Pour nous contacter ou s'inscrire à la newsletter, cliquez sur ce lien, ou par téléphone Julien BEAL : 06-61-17-07-43 ou Agnès Callou : 06-30-10-55-15

Nous dans les médias


Article dans le Progres du 4/10/2011

Article du 3 Novembre 2011 dans Zoom d'ici

Retrouvé l’émission du 29 septembre !

Pour écouter l’émission cliquer sur le logo RCF.

Article Zoom d’Ici du 12/09/2011

Article du Progrès du 26/05/2011

Article de Radio Totem du 24/05/2011

Vous pouvez aussi écouter le journal radio en podcast (à partir de 5’35)


Article de Zoom d’ici du 24/05/2011

Pour écouter l’émission de radio où j’interviens dans la cadre de la suppression de panneaux avertissant les radars

Article de « La Montagne » du 15/05/2011

Article « Le Progrès » du 03/05/2011

Article Le progrès du 23/04/2011

Article de Zoom d’ici du 24/03/2011

Article de Zoom d’ici du 23/03/2011

Article du Progrès du 16/07/2011

Article Totem Radio

Emission de radio parlant de l\’article (à partir de 5’30)

Communiqué des Jeunes Démocrates de Haute-Loire
Mardi 30 novembre 2010

Les Jeunes Démocrates félicitent Ludovic, altiligérien vainqueur de « L’espoir de l’année artisan pâtissier », et ré-affirment l’importance à donner à l’artisanat

Les Jeunes Démocrates de Haute-Loire tiennent à féliciter Ludovic, pour sa victoire à l’émission « l’espoir de l’année artisan pâtissier », diffusée sur M6 ce mardi.
C’est une très belle victoire pour ce jeune altiligérien, qui peut compter sur un bel avenir dans le monde de la pâtisserie.

Les Jeunes Démocrates félicitent également de telles émissions, qui promeuvent les métiers de bouche, et plus généralement l’artisanat. Ce secteur d’activité, premier
employeur de France, particulièrement présent dans notre département, privilégie la qualité, le beau, à l’opposé de l’idée dominante qui n’est que recherche du profit. Il
nous montre que le travail n’est pas seulement une contrainte, mais aussi un moyen d’épanouissement personnel . Ainsi, il y a urgence à valoriser l’ensemble des métiers
manuels à travers des formations mieux adaptées.

Julien Beal

Délégué départemental des jeunes démocrates de la Haute-Loire

Julien Beal dans la presse suite à la prise de position de l’initiative du conseil régional d’Auvergne

Article « Le progrès » du 09/10/10

Julien Beal dans la presse suite à la nomination

 

Le 8/10/2010, source « Zoom43

Communiqué de presse suite à la nomination de Julien BEAL au poste

de secrétaire général adjoint des jeunes démocrates

Julien BEAL, nouveau secrétaire général adjoint des Jeunes Démocrates

 

C’est après une longue et difficile campagne – à laquelle Julien BEAL a voué toute son énergie – que la liste conduite par François-Xavier Pénicaud (natif du Puy en Velay)  a emporter les élections nationales des jeunes démocrates. Julien, qui figurait sur la liste gagnante, est donc élu au bureau national ayant désormais pour président François-Xavier Pénicaud, au même titre que 29 autres jeunes (20 issus de la même liste que Julien et 9 issus de la deuxième liste).

Désormais, tous les jeunes du nouveau bureau national appartiennent à la même famille, et la campagne est déjà oubliée pour laisser place au travail. Le temps que l’ancien bureau national cède la place au nouveau, et déjà le pain sur la planche est distribué consciencieusement: Julien BEAL a été nommé pour sa part Secrétaire Général adjoint, poste qu’il convoitait car correspondant à ses points forts. Un deuxième mandat consécutif de deux ans est désormais enclenché, le travail afflue, et les années passent plus vite qu’on ne le pense, mais comme disait Corneille: « A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. »

Le 10/10/2010

Agnès CALLOU en débat sur les retraites


Ma première fois…

Excusez-moi cette blague bidon, je vous la re-situe: le jeudi 31 septembre 2010 j’apprends que si je m’y sens prête et motivée, je suis invitée à débattre avec 3 autres jeunes en direct, sur le thème de la réforme des retraites, sur Clermont Première le lendemain. Sourire aux lèvres, j’annonce à quelques personnes que demain, ce sera ma « première fois »… Un silence se fait, puis gros éclats de rire. Personne ne me croit, et je commence déjà à me faire chambrée… C’est comme si un débat commençait sur ma vie sentimentale passée (et pas que sentimentale), et que je devais déjà me défendre contre les arguments qui étaient argués contre moi. Ca y est, l’entraînement commence !

 

Le lendemain j’arrive devant les studios de Clermont Première un peu en avance pour le maquillage, et je rencontre dans la rue celle qui représentera le MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes) et celui qui représentera les JC (Jeunes Communistes), ainsi que certains de leurs amis venus en soutien. Dès cet instant, ils organisent ensemble presque sous mes yeux un « débriefing » comme ils disent, pour s’annoncer par avance l’un l’autre ce qu’ils comptent dire lors du débat, et former une sorte « d’alliance », ou coalition anti-« droitos ». Dès cet instant, déjà, je commençais à bouillonner. Je sais bien qu’au sujet des retraites, leur point de vue ne diverge qu’à peine, mais que je sache le débat n’est pas un travail d’équipe, ou alors ils n’avaient qu’à envoyer un seul jeune pour une gauche plurielle.

 

S’ensuit que le représentant des JC vient me demander quelle est la position du MoDem au sujet des retraites. Bon, je sais que je suis débutante pour ce qui est des débats en direct, mais quand même, je connais très bien cette technique qui est de demander à son adversaire – avant le débat – les arguments qu’il va utiliser – lors du débat -, pour avoir le temps de réfléchir à des contre-arguments avant le commencement du direct. Je lui réponds donc qu’il n’avait qu’à s’informer avant. C’est sûr que ce n’est pas un démocrate qui se demandera ce qu’un communiste pense d’une réforme qui viendrait de la droite, car qu’importe la réforme, de toute façon il sera contre.

 

Placement sur le plateau au côté du jeune populaire, alors qu’en face la socialiste et le communiste sont coude à coude. Disposition encore une fois « droite (si on peut dire)/gauche », je crois qu’il y a des mentalités concernant l’échiquier politique français que l’on aura décidément du mal à faire évoluer. Ce clivage a de plus conforté « l’esprit d’équipe » à gauche, et je crois que cela a conduit tacitement à un « contrat » entre le jeune pop et moi: on reste correct l’un envers l’autre pendant le débat.

 

Début du débat assez stressant, lorsqu’à ma première prise de parole je perds à un moment le fil de mes idées. Il n’y a presque que moi qui m’en souviendrai, puisque peu de monde après le débat n’a soulevé ce que je pensais être presque pour ainsi dire un début catastrophique. Finalement c’est sûrement le communiste qui m’aura aidée à aller de l’avant et à oublier ce tour de chauffe: je l’ai entendu rire sur le plateau et ça m’a tellement énervée que je me suis mise en mode « fight » comme dirait Jessica Perniceni. Des fois, on n’y peut rien, c’est en nous, on a une envie de combat indescriptible avec celui qui est en face.

 

De ma seconde intervention jusqu’à la fin du débat, j’ai alors varié entre réparties et réactions aux propositions des autres jeunes et propositions du Mouvement Démocrate.

Pour ce qui est de la répartie et de mes réactions, l’avantage avec un communiste, ou plutôt avec deux socialo-communistes pour le prix d’un, c’est que politiquement parlant, il n’est pas très difficile de les décridibiliser. Ce ne sont pas comme avec un socialiste modéré, une personne d’Europe Ecologie ou encore un Gaulliste qui ont souvent des arguments qui se tiennent, et où même si ce ne sont pas les vôtres, vous êtes quand même parfois en difficulté pour les contrecarrer. Là, le travail est déjà un peu mâché tant certaines paroles sont caricaturales, avec des phrases comme « Vous volez le bonheur des gens » ou « Le gouvernement se fout de la gueule du monde ». J’avais quelques cordes à mon arc, ayant déjà entendu des discours populistes de Besancenot et Marie-George Buffet en meeting. Ensuite, la journaliste m’a un peu aidée lorsqu’elle leur a demandé pourquoi la gauche n’était pas unie pour la réforme des retraites. J’ai ajouté mon petit grain de sel avec l’affaire Valls et la mayonnaise a pris. Enfin, et j’ai attendu ce moment avec impatience car je sentais qu’il viendrait, la présentatrice m’a demandé si en fin de compte le MoDem nous n’étions pas dans une position de « Oui [pour la réforme] mais non ». J’ai bien sûr entendu la réplique immédiate du jeune communiste « Au MoDem, ils n’ont pas d’opinion. » Rectification de ma part « Non, c’est juste qu’avant de rentrer sur ce plateau, tu m’as demandé quelle était notre opinion, car tu ne la savais pas. »

Enfin, pour ce qui est des propositions du MoDem, et c’est en soit ce qu’il y a de plus important, car nous sommes plus dans une période de réelle « force de propositions » que dans une période de « dénonciations », je suis globalement satisfaite de ce que j’ai pu dire. Je dis globalement, car j’ai oublié de parler du système par points par exemple, qui est pourtant très important dans notre projet, même si j’ai en revanche parlé d’autres aspects quand même très cruciaux tels que la pénibilité (personne d’autres n’en a parlé), des carrières incomplètes ou de la politique de l’emploi à mettre en œuvre avec la réforme.

 

Je retiendrai de ce débat trois points:

Premièrement, que les chiens ne font pas des chats, et que quand je vois déjà à notre âge et à notre maigre niveau, l’ambiance et la tournure que peut prendre un débat, je ne m’étonne pas de voir de « grands » politiques débattre à la télé avec une ferveur impressionnante mais aussi déraper…

Deuxièmement, que les citoyens n’apprendront jamais plus d’informations qu’en lisant des journaux, des magazines ou des articles. Les débats c’est bien, c’est divertissant, mais en une demi-heure de débat, on apprend en réalité ce qu’on peut lire en 3 minutes dans un bon article.

Troisièmement et dernièrement, que la politique il n’y a pas de doutes j’aime ça, ou plutôt j’aime toujours ça, que j’ai adoré participer à ce débat, que j’ai pris mon pied, et que si c’était à refaire, je le referai différemment (avec des améliorations), mais je le referai sans hésiter !

 

Agnès Callou

le 5 octobre 2010

Les jeunes démocrates d’Auvergne présent sur le reportage MCE

Les jeunes démocrates d’Auvergne présent sur le reportage de la chaine étudiant MCE lors du reportage des universités de rentré à Giens

Élection interne des jeunes démocrates

 

MoDem43 : Julien Beal candidat aux élections nationales des jeunes démocrates

Julien Beal, 23 ans, délégué départemental des jeunes démocrates de la Haute-Loire et animateur régional d’Auvergne, vient de se porter    candidat aux élections nationales des jeunes démocrates, la section jeunes du MoDem de François Bayrou. L’Altiligérien brigue la place de secrétaire général adjoint des jeunes démocrates.  Le 06/09/2010

Au sein de la liste « Libres et Engagés », Julien Beal entend « redonner l’envie aux jeunes de voter ». Il souhaite également « faire reconnaître les jeunes auprès de nos ainés, construire ou reconstruire des équipes motivées, compétentes, pour les prochaines échéances électorales, pour que le Mouvement Démocrate prenne sa place au sein de l’échiquier politique. »

Début juin, Julien Béal avait fait entendre sa voix en répondant au sénateur Nouveau centre Jean Boyer (lire l’article).

Source zomm43.fr

Les Jeunes Démocrates Rhône-Alpes et Auvergne réagissent aux réformes

Les Jeunes Démocrates de Rhône-Alpes et d’Auvergne se sont réunis à Saint-Étienne, ce samedi 19 juin. Ils ont débattu du projet de réforme des Retraites, et de la réforme des Collectivités Territoriales, autour de 2 tables rondes.

 

Les Jeunes Démocrates de Rhône-Alpes et d’Auvergne reconnaissent, avec François Bayrou et l’ensemble du Mouvement Démocrate, la nécessité d’un effort collectif pour sauver le régime des retraites. Ils acceptent la durée de cotisation à 41 ans et demi et l’âge de départ à 62 ans ; mais déplorent la non-équité de la réforme en constant que l’équilibre de taxation travail / capital n’est pas assuré.

Nous considérons injuste un départ à la retraite sans pénalisation repoussé à 67ans (pour les salariés qui n’ont pas acquis l’ensemble de leurs annuités). En contre-partie, nous demandons une meilleure prise en compte des périodes instables ou de transitions dans le calcul des annuités (années d’études, chômage non indemnisé, volontariat international en entreprise, maternité).

Les participants à la table ronde rappellent la nécessité d’envisager la question des retraites à long terme, et de la positionner dans une perspective intergénérationnelle. Ils saluent la proposition du gouvernement de développer le tutorat en entreprise, qui valorise la fin de carrière, et la transmission des savoirs. Nous souhaitons que cette proposition soit accompagnée de mesures permettant le développement affectif du tutorat. Nous regretterons que le débat sur la retraite ne se soit pas inscrit dans un cadre plus global d’organisation sociale et de réforme du travail (plan ambitieux de lutte contre le chômage, évolution du travail au cours de la vie).

 

Les Jeunes Démocrates sont inquiets de la tournure prise par la réforme des Collectivités Territoriales.

Les compétences futures ne sont pas définies précisément, et le calendrier de la réforme prévoit qu’elles le soient 1 an après la 1ère élection des conseillers territoriaux. Il s’agit d’une incohérence inacceptable.

L’exigence démocratique impose une pluralité politique et une mixité hommes/femmes de nos assemblées. Pour l’assurer, nous défendons un scrutin mixte (qui se rapproche du modèle allemand) :

-élection d’une partie des conseillers territoriaux au scrutin uninominal à 2 tours ;

-attribution des sièges restants au scrutin proportionnel, sur base des suffrages obtenus par les formations politiques au 1er tour.

Le MoDem propose d’attribuer 1/3 des sièges par scrutin proportionnel. Les Jeunes Démocrates Rhône-Alpes / Auvergne souhaiteraient aller plus loin, et sont favorables à ce que la proportionnelle concerne 50% des élus.

 

Afin d’élargir la réflexion au déficit public, les jeunes ont invité Denis Chambe, Conseiller municipal de Saint-Étienne, et expert économique local du Mouvement Démocrate. Une occasion de mettre en application le transfert inter générationnel.

Le 20 juin 2010

Les jeunes démocrates Rhône-Alpes / Auvergne

Pour Julien BEAL Animateur des jeunes démocrates d’Auvergne

 

Le MoDem 43 et les jeunes démocrates d’Auvergne contre-attaque après le sursaut du Nouveau Centre

« Le Nouveau Centre s’intéresse à la Haute-Loire, deux ans après sa création. C’est dire si les altiligériens sont au cœur de ses préoccupations ! La ficelle est un peu grosse : après la défaite des régionales, le parti du président se rend compte que sa stratégie ne lui offre aucune réserve de voix au second tour… et il cherche à en récupérer.

Il faut reconnaître que ceux qui ont quitté François Bayrou lors de la création du Mouvement Démocrate étaient motivés depuis des années, au sein de l’UDF, comme nous membres du MoDem, par des idées démocrates, humanistes et européennes. Ils ont été obligés de les mettre en veilleuse pour pouvoir participer au gouvernement. Petit à petit le naturel reprend le dessus et certains ont fini par exprimer de temps en temps leurs doutes. La place laissée dans les listes lors des élections régionales a achevé de les marginaliser mais elle représente bien leur poids réel.

Le MoDem est bien présent en Haute-Loire, avec le double d’adhérents que ce que revendique le Nouveau Centre [Ndlr: une soixantaine] et aussi quelques élus. Si nous devons certes reconnaître le mauvais score réalisé aux dernières régionales, il faut remarquer que notre résultat est plus élevé que la moyenne nationale et qu’il est particulièrement bon dans certaines communes [Ndlr: comme à Vorey-sur-Arzon où la maire, Cécile Gallien, est membre du MoDem].

Il faut reconnaître que François Bayrou n’a pas varié de sa ligne depuis 2007 et qu’il a été le premier et le seul pendant longtemps à dénoncer le problème de la dette de la France. Il faut reconnaître qu’il avait raison ; nous avons perdu du temps et cela va nous coûter cher. Le MoDem a travaillé avec ses militants et il propose un programme humaniste basé sur la justice, la solidarité, le respect de l’homme et de la planète. Qui, sur l’échiquier politique, peut revendiquer des choix aussi pertinents et constants ?

Jean Boyer admettait récemment que La France ne doit pas être divisée en deux blocs politiques, c’est ce que défend aussi François Bayrou. Mais plutôt qu’une place au centre, coincés entre les deux gros, nous revendiquons aussi une autre façon de faire de la politique. Nous sommes avant tout des démocrates et il y a chez nous des personnes venues d’horizons différents, leur diversité faisant notre richesse. Nous tenons à être indépendants même si nous ne nous interdisons pas le dialogue et l’ouverture.

Pendant la dernière campagne, nous avons rencontré deux blocs d’une autre nature : ceux qui, résignés, courbent le dos et ceux qui, révoltés, attendent que ça « pète » dans la rue ! Notre ambition, et celle des militants du MoDem, est d’une part de faire se redresser les résignés, de leur donner un espoir, et d’autre part, d’expliquer aux révoltés qu’ils ont des raisons d’être insatisfaits mais qu’il existe d’autres façons plus constructives de bâtir notre avenir commun.

Ce discours est juste et il est constant. Parce qu’il est juste et constant, il finira par être entendu. »

Julien BEAL

Mardi 1 Juin 2010

ELLE EST BELLE L’ECOLOGIE GOUVERNEMENTALE

Après « l’environnement, il y en a marre » prononcé par Nicolas Sarkozy au Salon de l’Agriculture, François Fillon vient d’enterrer, ce mardi, la taxe carbone sous le prétexte de ne pas « plomber la compétitivité des entreprises ».

Ce nouveau recul du gouvernement devant les lobbies fait la joie du Medef où Laurence Parisot explique « nous avons su convaincre ».

Pour les jeunes démocrates d’Auvergne, ce pas en arrière constitue l’arrêt de mort du Grenelle de l’environnement. Pourtant, Nicolas Sarkozy disait il y a trois mois que l’instauration de la taxe carbone était une question d’honnêteté envers ses engagements et qu’il ne renoncerait jamais.

Pour les jeunes démocrates d’Auvergne, le gouvernement considère l’environnement comme une variable d’ajustement et ce renoncement constitue un abandon à toute réorientation de la fiscalité en faveur de l’environnement.

Les jeunes démocrates d’Auvergne sont scandalisés autant par le déni qui caractérise cette décision que par l’argument fallacieux avancé par le gouvernement que cette taxe ne serait possible qu’au niveau européen, car il est évident que l’instauration au niveau européen de cette taxe nécessiterait une unanimité impossible à obtenir.

Julien BEAL, pour les jeunes démocrates d’Auvergne

12/04/2010

Campagne des élections régionales

 

Les jeunes démocrates en campagnesLe vendredi 22 janvier 2010Les Jeunes Démocrates lancent leurs campagnes pour les élections régionales. Nous souhaitons lors de ces prochaines élections mobiliser les jeunes à aller voter. Nous leurs proposons d’avoir de véritables mesures concrètes pour la jeunesse afin d’améliorer leur quotidien.Nous avons retenu trois grands thèmes majeurs que nous allons défendre lors de ces élections :1. Le logement des jeunes, véritable fléau pour les étudiants et les jeunes actifs dans de nombreuses régions et principalement en Ile de France. Nous souhaitons faciliter le logement pour les jeunes en proposant 14 mesures : une taxe dissuasive sur les logements vacants dès six mois de vacances et non au bout de deux ans, réserver dans la part des 20 % de logements sociaux par commune une part aux logements étudiants et aux logements de jeunes travailleurs, augmenter l’offre de logement innovant (Container, Construction de maisons en bois, Mobile Home…), faciliter la collocation en créant un organisme régional qui crédibilisera ce mode d’habitat, mise en place d’une aide au 1er logement pour les jeunes, mais aussi faciliter l’accès aux prêts pour les jeunes qui souhaitent devenir propriétaires…2. L’insertion et la formation professionnelle sont des priorités avec l’emploi pour nos régions. Nous proposons, entre autres, la création d’une maison formation et de l’emploi et le développement de véritables pôles d’orientation et de partage d’expériences. Nous proposons de soutenir et de valoriser les écoles de la deuxième chance, de doter chaque région d’un plan régional du développement de l’alternance en entreprise et dans l’artisanat, de favoriser et d’aider à la création d’entreprises innovantes, de services et du commerce afin de développer le tissu économique local…3. La mobilité, véritable enjeu d’épanouissement pour la jeunesse. Le conseil régional peut aider les jeunes sur le territoire afin de favoriser leurs déplacements afin de favoriser les rencontres, l’accès à d’autres cultures et le partage d’expériences. Il s’agit d’aider à rencontrer la diversité de nos territoires, de l’Europe et du monde. La région doit mettre en place des modes de déplacement alternatifs, afin de protéger notre environnement. Une convention nationale des Jeunes Démocrates aura lieu prochainement pour proposer des solutions concrètes. Dans chaque région, les Jeunes démocrates sont impliqués sur le terrain pour défendre notre projet de société. Il y a plus de 100 candidats Jeunes Démocrates, engagés et compétents qui sont candidat à la candidature pour être sur les listes du Mouvement Démocrate dans chaque région. Ils défendront ces mesures pour la jeunesse et aussi chaque projet porté par nos candidats tête de liste dans les régions. 

Franck FAVEUR

Président des Jeunes Démocrates

 

 

Julien BEAL

Délégué national chargé des élections régionales

 

Communiqué de presse

Les Jeunes Démocrates sont choqués des propos tenus par un ministre de la République, M. Brice Hortefeux, déjà auparavant titulaire d’un portefeuille controversé dans son titre mêlant “immigration” et “identité nationale” et dans les méthodes employées dans ce ministère parfois au péril des droits humains fondamentaux. Il s’est permis d’affirmer que les jeunes français d’origine maghrébine ne sont “acceptables” qu’un par un et causes des problèmes “quand il y en a beaucoup”!

Un ministre doit savoir se retenir et contrôler ses paroles, d’autant plus un ministre de l’intérieur qui a une position sensible. Cette sortie est à juste titre vécue comme une provocation de l’autorité sur une partie de la population, entraînant une réaction de rejet intense.

Au lieu de stigmatiser ainsi toute une partie de la population française et probablement la plus déçue par la vie politique et la plus exclue de la solidarité républicaine, le Gouvernement ferait mieux, aux yeux des Jeunes Démocrates, de tout mettre en œuvre pour tirer le meilleur de la diversité de notre Nation.

M. Hortefeux s’inquiète des hypothétiques problèmes causés par les groupes qu’il semble ne pas apprécier. Les Jeunes Démocrates quant à eux, s’inquiètent de toute cette belle énergie gâchée en grande partie à cause d’idées étroites comme celle que notre Ministre semble partager.

Constatant que cela ne semble pas vraiment tourmenter notre Ministre, les Jeunes Démocrates ont l’honneur de demander la démission de M. Brice Hortefeux. Au vu du sort réservé au préfet mis en cause pour des faits similaires, cela semble même cohérent avec la ligne adoptée par le Conseil des ministres.”

Bureau National des Jeunes Démocrates.

Les liens de « la vidéo » :

Brice Hortefeux au UR de l’UMP

La police nationale recrute

Comme vous le savez notre très cher Président de la République,  lutte contre l’insécurité tous les jours que Dieu fait. Durant son mandat en tant que ministre de l’intérieur l’insécurité a très fortement baissé et depuis qu’il est notre président elle continue  de baisser, alors que le nombre de garde à vue est en constante augmentation (cherchez l’erreur).

Donc dans une grande logique « Sarkozyste », et ceci est normal quand il y a de l’insécurité, il faut des forces de l’ordre (jusqu’à là nous sommes tous d’accord).

Mais voilà, la Police nationale, a fait son recrutement pour la promotion 2009-2010. 1000 personnes ont réussi leurs concours, ils ont reçu leurs contrats, qu’ils ont bien sûr signé et renvoyé à leurs préfectures, pour que le préfet les signes (jusqu’à la procédure classique).

Mais à quoi sert cet article ?

Un matin un ami m’appelle, il me dit qu’il a reçu un courrier de sa préfecture lui disant qu’il a bien réussi le contrat des cadets de la police nationale, mais qu’il ne pourra pas intégrer l’école de Police, à cause d’une très forte restriction de budget du ministère de l’intérieur, et ceci dans toute les école de Police de France. Nous sommes le 4 Aout et les cadets devaient rentrer le 1 Septembre soit dans 4 semaines, donc les futurs policiers avaient démissionné de leurs travails, puisque ils  ont eu comme consignes d’être libres de tout engagement professionnel et scolaire le 1er septembre afin de pouvoir suivre la formation cadet. Pour certains, avaient trouvé un appartement (pour pouvoir se loger le week end) et payé la caution. Le pire c’est que dans ce courrier, il est indiqué qu’ils sont prioritaires, pour la prochaine promotion. Personne ne peut leur donner une date, dans 3 mois, 6 mois ,1 an ?

Alors on peut se poser de très nombreuses questions.

-Le budget est voté quand, pour le ministère de l’intérieur ? Le budget du ministère n’a pas été voté hier. Des personnes savaient qu’il n’y aurait pas de promotion 2009-2010.

-Comment vont faire les jeunes qui ont démissionné de leur travail ?

-Quel est la date de leur entrée à l’école de police ?

-Pourquoi Nicolas Sarkozy dit qu’il veut plus de Policiers et que cette année pas de nouveaux policiers ?

Beaucoup de questions qui restent sans réponse. Dans tous les cas, bonne chance à tous ces jeunes qui ont réussi le concours des cadets de la police nationales et qui, moins de 4 semaines avant leurs entrés à l’école de Police, croyant recevoir leur contrat ont reçu « le courrier » leur disant que tout était annulé.

La lutte contre le chômage continu : 1000 chômeurs supplémentaires.

Publicités

2 Réponses to “Nous dans les médias”

  1. JM le magicien said

    Je viens de lire votre blog avec la plus grande attention. Bien que je fusse militant UMP, j’avoue et je confesse me sentir plus que concerné par vos propos (et le sourire de la jeune agnès) qui ont su me charmer!

    Bonne continuation les jeunes!

    Je vous embrasse. Michou

    • Merci.

      Vous pouvez participer au blog, grâce à la page « vous avez la parole », en indiquant que vous êtes militant UMP.
      Ce blog est un site participatif et bien sûr tout le monde peut y participer. Aucune sélection n’est faite.

      Cordialement

      Agnès et Julien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :