Chroniques du centre

Agnès Callou et Julien Beal

  • Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 30 autres abonnés

  • Nous contacter

    Pour nous contacter ou s'inscrire à la newsletter, cliquez sur ce lien, ou par téléphone 06-61-17-07-43

    Pour nous contacter ou s'inscrire à la newsletter, cliquez sur ce lien, ou par téléphone Julien BEAL : 06-61-17-07-43 ou Agnès Callou : 06-30-10-55-15

Le pourquoi du comment ?

Posted by agnes et julien sur 30 novembre 2010


Quinze ans. Quelle vision manichéenne de la politique peut-on avoir à cet âge ! La manière dont certaines personnes voient l’hémicycle a  quelque chose d’étonnant. Deux visions du monde de l’hémicycle s’affrontent : la « gauche » (oui, des guillemets s’imposent en vue du large éventail des différents courants) est synonyme de bien, la « droite » celui du mal. La première question bête et méchante d’adolescente tombe alors : pourquoi donc la gauche n’a-t-elle pas été plus souvent au pouvoir ? L’Homme français serait-il si mauvais par nature de là à voter pour un parti sortant tout droit du diable ? Je n’en crois rien. Même avec toute l’insouciance et la naïveté qui me poursuivaient à cette époque, je n’en croyais rien et n’en crois toujours rien. Bien sûr certains me répondront que si la « droite » gagne – ou a gagné – si souvent (l’Élysée en particulier) c’est parce que la population vieillit (argument que j’approuve) mais la question reste toujours en suspens : quand on sait l’expérience qu’ont justement certaines personnes âgées, serait-ce vraiment dû à un certain cynisme de leur part qu’elles voteraient à droite ?

Certaines personnes pensent que la politique ressemble à un carrefour : ou on prend à droite, ou on prend à gauche. A un moment il faut obligatoirement faire un choix. Le centre n’existe pas dans ce schéma. Je ne suis pas d’accord. On pourrait très bien dans ce cas (pour continuer dans les métaphores) prendre l’image du trapéziste. Ce dernier essaye de trouver un équilibre entre la droite et la gauche pour faire le prochain pas. Petit à petit, le trapéziste fait un bout de chemin et regarde loin devant lui. Il avance tout simplement. S’il penche, si son corps s’échappe d’un côté sans prendre en considération l’autre, s’il bascule vers un extrême, il s’effondre. Il n’y en a pas qu’un qui puisse le diriger, le pousser vers la bonne direction. Il y a la troisième voie, le fil, qui ne marchera qu’en prenant les atouts qu’offrent chaque côté. D’ailleurs ceux qui prennent l’image du carrefour oublient une chose : parfois, on peut aussi aller tout droit. C’est bien ce que confirme une citation de JFK (Jean-François Kahn, tête de liste pour les européennes, circonscription est) « Nous ne sommes ni de droite, ni  de gauche, nous sommes juste de l’avant. » On n’est pas toujours obligé d’être radical pour prendre position. On peut aussi être nuancé, modéré, peser le pour et le contre, et quand même avoir un avis. Sans vouloir faire dans les généralisations, ceux qui ont des avis très tranchés sont le plus souvent aux extrêmes du paysage politique. Une large partie de l’Histoire le confirme.

S’il existe un parti pour lequel j’aurais pu militer si le MoDem n’avait pas existé, il aurait sûrement été nommé PS. Mon coeur balance vraisemblablement plus à gauche qu’à droite, en tout cas en vue de la droite actuelle, à ne pas confondre avec la droite chiraquienne, ou villepiniste. Mais s’il existe, un critère et un seul, que tout homme ayant une conscience politique se doit de respecter, c’est bien celui d’être en accord entre sa pensée et ses actes. Entre ses valeurs et ses actions quotidiennes. Bref, d’être cohérent. Par respect pour les valeurs qu’il prône. Pour moi, une partie significative du Parti Socialiste ou de ses sympathisants (attention, je ne dis pas tout le monde, certaines personnes respectent entièrement ce critère) ne sont pas capables d’appliquer dans leur propre vie les valeurs qu’ils défendent. Et c’est bien dommage, surtout quand on sait les valeurs du socialisme. S’il existe un parti démocratique qui se doit d’appliquer ce qu’il prône, c’est bien le Parti socialiste, quelque part encore plus que l’UMP. Or, certaines personnes, et même parfois de mon entourage, ont été prêtes plusieurs fois à défendre l’égalité des chances, et à ne surtout pas hésiter à faire une Classe préparatoire (privée bien entendu), puis à ensuite intégrer une de ces écoles de commerce à plus de 8000 euros l’année, bref une de ces écoles qui font une sélection par l’argent avant de faire une sélection par la qualité de l’individu. Prôner l’égalité des chances et intégrer la formation française la plus adémocratique qui existe (des écoles/instituts publics similaires aux formations des écoles de commerce existent en France, qu’on se le rappelle), voilà une belle preuve de croyance en ses convictions. D’autres socialistes bénéficient d’avantages en tous genres inédits (pistons, petits arrangements entre amis) et se plaignent que les personnes ayant un penchant pour la droite ont pour la plupart des avantages, voir des privilèges dont ils profitent. Certaines personnes de gauche critiquent en la droite ce qu’elles ne sont pas capables d’appliquer elles-mêmes. (Et soit dit en passant, je m’abstiens là de toutes allusions à Julien Dray et SOS Racisme, ou encore à Ségolène Royal et ses secrétaires qu’elle n’a pas voulu payer pendant des mois. On a tous des traîtres dans nos partis, MoDem compris !). Attention, je ne demande à ceux que je décris de se priver de toute forme d’avantages ou de richesses. On ne peut pas appliquer au doigt et à l’oeil nos valeurs. Il ne manquerait plus que l’on dise à un socialiste qu’il n’est pas en osmose avec ses valeurs parce qu’il porte des Ray-Ban ou même qu’il s’offre des vacances luxueuses, ou à un Vert qu’il n’est pas écologique parce qu’il a pris une douche trop longue… Je ne serai jamais assez prétentieuse pour dire que MOI, contrairement à certains socialistes, j’applique, au sein de chacun de mes mouvements quotidiens l’humanisme que défend le MoDem. Ce serait évidemment faux. Disons qu’il y a une limite (subjective, certes) à ne pas dépasser, un cap à ne pas franchir. Il s’agit d’une question de crédibilité devant les citoyens, crédibilité importante, surtout si on est dans le monde de la politique ! C’est une forme de respect qui se glisse derrière le tract que recevra le citoyen lambda avant une élection, tout simplement.

J’aime le socialisme, sans aucune hésitation, mais le plus souvent, je n’aime pas les socialistes. Hélas.

Voilà en quelques mots les grandes lignes de mon engagement au sein du Mouvement Démocrate. Personne ne peut dire que le Mouvement Démocrate mène inexorablement à l’échec, puisque le Mouvement Démocrate n’a jamais été au pouvoir (sauf localement, bien entendu). Personne ne peut affirmer qu’il conduit à la réussite, puisqu’il n’a jamais gouverné le pays. La troisième voie est donc simplement encore un espoir, un véritable espoir. Je n’ai donc pas la prétention de dire de manière péremptoire que mon parti est mieux qu’un autre, pour l’instant j’ai la prétention de dire qu’à l’heure actuelle c’est le seul parti en lequel je crois. Le jour où l’Élysée nous ouvrira ses portes, peut-être que je serai déçue du modèle de société auquel j’aurai cru de nombreuses années durant (auquel cas je rendrai ma carte), peut-être aussi que je signerai et approuverai, toutes les portes sont encore ouvertes.

 

A tous les amis socialistes que j’ai: ne pas prendre pour soi d’emblée les critiques émises dans cet essai. Ne sont visées ici que certains socialistes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :